Quelques réflexions… Régimes, surpoids, etc…

De quels constats part le premier régime ?  Une image de soi qui ne correspond pas aux souhaits ? L’entourage et ses réflexions éventuelles ? Le dictat de la minceur, mode actuelle ? Santé ? Autre ?

Que chacun, chacune, se positionne comme il ou elle le souhaite.

Comment on s’y prend ? On écoute, trop, ce qui se dit, ce qui s’écrit sur les régimes. On trouve tout, son contraire et beaucoup d’arnaques, c’est un marché juteux.

Deux principes à ne jamais oublier :

  • Chacun a son « poids de forme », qui est rarement le « comment on se voudrait », mais qui est le poids idéal pour soi, en fonction de paramètres incontestables. Ne pas s’écouter, à ce niveau-là, expose l’être à de graves désordres, pour le reste de sa vie, car le corps n’oublie rien.
  • si on ingère plus qu’on ne brûle, on grossit. Les besoins sont différents selon les personnes, les activités, les âges de la vie, etc…

J’ajoute qu’il n’y a pas d’aliments « grossissants » : 30 calories de brocolis font autant grossir que 30 calories de chocolat.

Le premier régime que l’on fait ouvre la porte d’une sorte « d’enfer », car il sera suivi de beaucoup d’autres.

Il faut une hygiène alimentaire, pas des régimes, une fois qu’on est « au clair » avec ce que l’on est.

Quand on commence des restrictions alimentaires, le corps, d’abord surpris, se demande ce qui lui arrive et va dans les réserves et on maigrit. Puis, il s’habitue et on maigrit moins et si on remange, il se dit que, cette fois, il ne va pas se faire piéger et il met « en réserve » et on regrossit, etc…

Au fur et à mesure des régimes, le métabolisme s’affole, jusqu’à ne plus savoir que faire pour assurer la santé, voire la survie du corps.

Ceux qui sont des habitués des régimes finissent par ne plus maigrir, voire grossir avec des rations alimentaires « de famine ». C’est ainsi et c’est toujours ainsi, à la longue. Prudence….

Si je voulais donner un conseil, ce serait celui de bien réfléchir à ce qu’on est, à ce qu’on veut de soi et de sa vie. Si on a un déficit concernant l’image de soi, y réfléchir, essayer de comprendre et travailler dessus pour en sortir !!!!

Ne rien s’interdire

Faire la différence entre « avoir faim » et « avoir envie de manger » et travailler à comprendre pourquoi on a envie de manger sans avoir faim

Ne manger que quand on a faim et s’arrêter au moindre signe de rassasiement

Manger aussi souvent qu’on a faim

On ne grossit pas si on sait écouter juste la faim

Se servir toujours des portions légèrement réduites

Se rappeler que le manque de sommeil génère un surpoids de 3 à 5 kgs (médicalement prouvé)

Il faut bouger, la sédentarité, c’est dangereux

Bouger c’est : 30 minutes par jour d’activité douce, marche, ménage, jardinage, etc.. ou 2 fois par semaine d’activité plus intense

Se rappeler que trop de sport, de marche, de n’importe quoi d’autre ouvre la porte de l’enfer, comme le premier régime. A ne jamais faire, sauf si on veut regrossir

Ne jamais se mettre dans un système qu’on ne serait pas capable de suivre « à vie », ou presque.

Ça veut dire des choses douces, agréables, pas trop contraignantes.

Et se rappeler que le marché des régimes est un marché « juteux ». Les listes avec ce qu’on doit ingérer à chaque repas sont un signe de manque de sérieux.

Mais…

Chacun fait ce qu’il veut.

Juste, il ou elle ne pourra pas dire qu’il ou elle ne savait pas !!!

Déjouez les pièges et arnaques nutritionnels des régimes en tout genre
  • Béatrice de Reynal
  • Éditeur: VUIBERT
  • Broché: 176 pages
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>