Petit calcul approché pour rouler à l’électricité.

La France consomme 50.000.000 de mètres cubes de carburants par an.

1 litre d’essence est énergétiquement égal à 9 KWh.

1 réacteur nucléaire produit 500.000 MWh/mois.

Tout ce qui roule représente environ 50 millions de véhicules.

Quand vous aurez fini ce calcul de niveau CM2, vous constaterez qu’il faudrait, pour alimenter le parc automobile en version électrique, construire 75 unités nucléaires, sur une trentaine de sites, quand nous en avons déjà 58, sur 19 sites, qui assument environ 70% de nos besoins ! Une presque autosuffisance que beaucoup de pays nous envient.

Quand on sait, de plus, que la signature carbone d’un véhicule électrique, compte tenu de la fabrication et de la destruction-recyclage des batteries font de ces véhicules des systèmes potentiellement plus polluants qu’une voiture à essence, …

Ces données, à la portée de tout le monde, donc de nos gouvernants, n’empêchent pas les autorités d’adopter une politique anti-carburants fossiles féroce, comme s’il y avait actuellement une autre source d’approvisionnement énergétique.

Il faut 450 éoliennes pour remplacer un réacteur nucléaire (chaque centrale en a le plus souvent deux), soit un remplacement éolien de 900 unités intermittentes (quand il y a du vent !). Même remarque pour le solaire. Nous savons construire des éoliennes, mais pas encore fabriquer du vent (au sens propre en tous cas).

Nous aimerions tous qu’existe une énergie magique ou immanente qui règle ça, ou que de prodigieux cerveaux trouvent le moyen d’extraire de la force de la nature, telle la gravité ou la rotation de la terre, par la force de Coriolis, qui malheureusement sont des champs énergétiques continus quand il en faudrait des alternatifs ; mais pour l’heure, non seulement il faut préserver le parc nucléaire, mais l’augmenter de façon significative.

Les centrales nucléaires produisent des déchets qu’il faut stocker de façon sure, ce qui se fait, mais elles sont parfaitement propres et de production polluante zéro. Elles ne rejettent, par leurs impressionnantes cheminées que de la vapeur d’eau, qui ne gêne personne.

Ne pas tenir compte de ce qui précède pour avoir électoralement de son côté les écologistes extrémistes (il en existe, beaucoup, de raisonnables), n’est pas à l’honneur du gouvernement.

Peut-être qu’en réduisant un peu les dépenses publiques, on pourrait financer un peu mieux la recherche ? Comme les solutions ne peuvent provenir que de là ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>