L’évolution de la pensée versus l’évolution de la technologie.

De l’intérêt de l’étude des anciens.

Bien que l’évolution technologique ait été un souci constant de l’humanité, pour son rôle dans le mieux vivre, son développement n’a pu être que l’accumulation, dans le temps, de concepts souvent liés en chaînes, générant une connaissance cumulative dont les applications ont toujours été liées aux moyens techniques de leur réalisation.

Le temps joue donc un grand rôle dans l’évolution technologique. Ce qui n’est pas (ou est moins) le cas dans l’évolution de la pensée, expression de la capacité intellectuelle et généralement cérébrale de l’être. Un cerveau naissant contient toutes les facultés qui seront les siennes dans la vie de l’individu. Ces facultés lui faciliteront l’appréhension de concepts et les causes de l’état de son entourage, comme connaissance cumulative, mais elles n’augmenteront pas leur propre puissance sui generis.

evolution-asimoLa technologie – comme science cumulative – a donc évolué selon une courbe à progression arithmétique, au début, puis, par profusion, selon une exponentielle géométrique.

La pensée, comme production cérébrale orientée sur l’appréhension des concepts a donc naturellement dominé les premières civilisations et, avec le temps et le développement de la technologie, elle s’est orientée vers une recherche du bien-être ou la technologie a pris une importance grandissante en proportion inverse de l’intérêt du commun pour la pensée spéculative.

Pour le peuple, les grandes dates de l’histoire de la connaissance sont celles de l’invention de la roue, de l’hydraulique, de l’électricité, des moteurs thermiques et de la puissance atomique.

La pensée grecque, ou chinoise, fondatrices de la philosophie se sont développées jusqu’aux profondeurs que l’on sait, au niveau conceptuel, pour n’être pas concurrencées, en leur temps, par la pensée technologique.

Mais, quelle que soit la place qu’occupe aujourd’hui la pensée technologique, celle, conceptuelle, des anciens ne peut être évacuée sans dommage pour la compréhension profonde des choses, fussent-elles technologiques, pour la raison simple que les inventions les plus avancées ne peuvent se passer de logique, par exemple, cette base de la pensée archaïque. L’évolution des mathématiques est un exemple intelligent de l’évolution en général. Les mathématiques les plus avancées ne peuvent se passer des bases les plus élémentaires.

Il est triste et passablement inquiétant de constater que – même (surtout ?) – les enseignants (pas tous heureusement) considèrent l’apprentissage de la pensée ancienne comme une aimable excentricité.

Si nous nous orientons seulement vers une pensée « appliquée » à l’essor technologique, nous confirmeront définitivement notre infériorité (soumission,) face à l’ordinateur.

Une réflexion au sujet de « L’évolution de la pensée versus l’évolution de la technologie. »

  1. A mon humble avis, je suis entièrement d’accord avec cette appréhension que l’évolution technologique n’est que le fruit de la pensée. Et que l’intelligence artificielle se retrouve comme dans une sphère de réflexion appliqué et méthodique. Par contre la pensée humaine est constamment porté vers l’expansionnisme intellectuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>