Les origines de l’Homme.

On peut oublier sans risque d’erreur la version sur la création d’Adam et Eve, en même temps que la création du monde il y a 5779 ans. Les genres proto-humain et humain ont tenté de se développer en divers temps et divers lieux.

LA THÉORIE DE L’ORIGINE AFRICAINE, disséminée dans le Monde.

  • Où sont les traces des migrations ? Une source qui naitrait dans le sud de l’Afrique et qui partirait peupler la Terre pendant des centaines de milliers d’années sans laisser de traces géographiques ethniques, intermédiaires…
  • Et les ethnies africaines devraient être les plus anciennes. Or…ces ethnies sont jeunes, robustes, anatomiquement harmonieuses et très homogènes, et qui, par comparaison avec les « occidentaux » qui montrent toutes les singularités des races décadentes, ne peuvent qu’être considérées comme plus jeunes.

Un principe de base de la Biologie évolutive : aucun phylum organique ne régresse, dans son histoire, à un état antérieur.

L’humanité évolue vers un métissage général, à partir de racines distinctes.

Mais aujourd’hui encore, en Afrique, tout le monde est noir, jaune en Asie, blanc en Europe.

L’Amérique du Nord et Centrale sont peuplées, pour leurs premiers habitants, de migrants de Sibérie et de Mongolie, alors que l’Amérique du Sud s’est peuplée d’ethnies océaniques, elles-mêmes venant d’Asie.

Nous sommes donc au tout début de ce métissage universel, quand la théorie de l’origine africaine nous place à la fin d’un processus de séparation.

L’AUTRE HYPOTHÈSE: une humanité polyphylétique.

Des espèces proto-humaines sont apparues sur la Terre, et ont disparu faute d’adaptation, de conditions écologiques impropres, ou de mutations inadéquates. Ces « essais » d’émergence ont laissé des traces qui remontent à plus de 20 millions d’années. Ensuite, des millions d’années sans aucune vie de cette espèce avérée.

Puis, voici 4 à 6 millions d’années, le genre humain est apparu, en divers endroits et à divers moments. Et certaines de ces diverses sources ont prospéré. Et… nous voici!

Entre 150 et 100.000 ans, on trouve des traces d’hommes “modernes”.

Au Moyen-Orient, on suppose une date similaire.

Cro-Magnon, en Europe (autour de 60.000 ans).

En Asie, les premiers hommes modernes remontent à 60.000 ans et ont des traits mongoloides.

Les principales subdivisions de l’humanité actuelle peuvent se dater de cette période.

Publier ou mourir !

C’est, malheureusement, le sort de tous les organismes de recherche : les ressources financières sont fonction des publications pertinentes. Dans certains domaines, la pertinence… La légitime impatience, fille de la peur d’être « coiffé au poteau » par un collègue moins regardant sur le dossier « preuve », fait souvent naître des publications classées sans suite car le renom des universités, en particulier, résiste mal aux théories fragiles.

En 1985, on disait que les fossiles humains qui permettraient d’« inventer» toutes ces théories tenaient sur une table de billard.

En 2010, l’estimation grandit jusqu’à remplir un (petit) camion !

De fait, la science qui a le moins progressé depuis la plus haute antiquité, c’est celle de l’homme lui-même !

Qu’avons-nous peur de découvrir ?

Il est vrai que la religion, grâce à son pouvoir dogmatique et temporel, a bloqué pendant des siècles la recherche scientifique quand elle pouvait contredire les « vérités » bibliques.

Aujourd’hui, c’est le « politiquement correct » qui a le même effet.

L’anthropologie, l’ethnologie et l’archéologie sont des sciences rigoureuses, basées sur les faits : observation, mesure, expérimentation…

La paléontologie humaine, sauf pour les datations, est totalement spéculative, quelques fois jusqu’au romantisme, et elle est aussi le pire en matière de sciences : LE DOMAINE DE L’INFÉRENCE !

Reconstruire un individu à partir d’un fragment de dent, c’est de la poésie, noble discipline s’il en fût.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>