Le pendule, universelle indifférence.

Le pendule, de façon générale et celui de Foucault de façon spectaculaire (au Panthéon, aux Arts et Métiers ou au musée du temps à Besançon), qui oscille en ayant comme référence l’univers est un superbe exemple d’une indépendance confinant à une sublime indifférence.

pendule de foucaultQuand ses oscillations ignorent la rotation de la Terre, alors qu’il continue son mouvement dans le même plan, vis-à-vis de l’Univers, laissant ainsi défiler sous son impassible aller-retour éternel le cadran horaire, lui fixé sur le sol terrestre, l’effet est déjà surprenant. Quand les mesures relatives convenables sont prises par rapport au Soleil, les variations observables diminuent et quand on prend comme référents des objets célestes très lointains, la rigueur de la démonstration s’affine encore.

En somme, c’est quand le référent des mouvements pendulaires est l’Univers dans son ensemble que le pendule donne la mesure de son dédain pour l’agitation rotative de la petite planète sans importance au-dessus de laquelle il est suspendu, qui tourne autour d’une médiocre étoile jaune de quatrième grandeur, de type G2, le Soleil, perdue au tiers extérieur d’une galaxie qui…etc.,

Et cette sublime indifférence peut être démontrée par chacun en pendant un poids à un filin suspendu à un arbre du jardin qui, si l’oscillation est entretenue, donnera,imperturbable, une heure dont la précision sera contrôlée par l’Univers.

Tant d’indifférence est, bien sûr, inhumaine. LOL !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>