COVID19 versus Tabac : plus absurde, tu meurs !

Aujourd’hui, 23 avril, nous en sommes à plus de 21.000 morts dus au virus, soit en moyenne autour de 7.000 décès pour chacun des trois derniers mois. Mais nous n’avons « pas la main ». Le virus fait ce qu’il veut et nous nous défendons comme nous pouvons.

Intéressante coïncidence, le tabac fait le même score, autour de 7.000 morts par mois, mais là, le phénomène est une curiosité sociologique majeure. Ce sont les patients qui s’inoculent volontairement le poison. Il s’agit d’une attitude suicidaire qui coûte aux contribuables vingt-six milliards d’Euros par an !

Compte tenu des normes sanitaires, si le tabac arrivait en France maintenant, il serait interdit. Le tabac est plus toxique que « l’herbe », elle légitimement interdite !

La France compte autour de 16 millions de fumeurs et on a crié victoire, parce qu’ils étaient 17 millions et qu’une réduction s’est produite, qu’on salue comme un miracle qu’il faut fêter !

Qu’un virus prive une famille de son père, sa mère ou n’importe qui d’autre est une terrible fatalité. Et la nation entière le sent dans son âme.  Et les mesures liberticides, mais indispensables, nous pourrissent la vie et nous n’avons pas d’autre solution que de lutter et accepter les dégâts.

Mais que 16 millions d’imbéciles (*) réalisent le même score en achetant leur virus personnel au bureau de tabac – vestige d’un temps où l’inconscience prévalait – sans que les responsables de la nation, de peur de perdre quelques millions d’électeurs (en quoi ils se trompent car ils gagneraient tous ceux qui pâtissent de cette faiblesse et la désapprouvent) ne réagissent pas à quelque chose de tellement visiblement absurde que, dans ce domaine, comme dans d’autres, l’habitude fait loi.

Il y a 24.000 buralistes en France. Les plus inventifs, en cas de disparition du tabac trouveraient d’autres choses à vendre et les autres revendraient leur « pas-de-porte ». Une gangrène sociale aurait disparu.

Si la seule légitimité est la coutume, on devrait voir fleurir bientôt les boutiques de « dealers », puisque que des gens que l’on croyait sérieux sont pour la libéralisation des drogues !

Le geste humanitaire qui a consisté à faire fleurir les salles de « shoot » pour que les drogués se détruisent proprement n’a rien à voir avec l’ampleur des campagnes anti-tabac et l’interdiction de fumer dans les lieux publics, comme si fumer en privé exonérait des effets mortels de ce cancer social.

Pour l’instant, Virus 7.000 morts/mois, tabac 7.000 morts/mois ; match nul. Mais le virus n’est là que depuis trois mois et il s’en ira probablement dans un délai comparable. Pas le tabac.

 

(*) Imbécile : latin imbecillus. Im (privatif) becille (déformation de bacille, bâton) Qui va sans bâton sur lequel s’appuyer, se défendre, etc… au figuré, qui aurait besoin d’aide. Dans l’usage courant, faible d’esprit. MN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>